Le régime cétogène ou keto diet en anglais est un régime alimentaire à très faible teneur en glucides et à haute teneur en lipides. Utilisé au début du 21ème siècle, la keto diet s’applique aujourd’hui dans le cadre d’un régime amaigrissant. Mais ses effets surpasseraient de loin cette simple utilisation.

Qu’est-ce que le régime cétogène ?

Inciter l’organisme à utiliser les lipides comme source d’énergie principale, au lieu des glucides.

Le régime kéto consiste à s’alimenter en consommant 60% à 80% de lipides, 20% à 25% de protéines et moins de 5% de glucides. De cette manière, l’organisme serait incité à utiliser les lipides comme source d’énergie principale, et non plus les glucides. L’organisme créerait et utiliserait ainsi des corps cétoniques pour fonctionner sur un mode appelé cétose. Attention à ne pas confondre la cétose et l’acidocétose, une complication rencontrée chez les personnes souffrant de Diabète de Type 1. Cette situation résulte de l’absence de régulation du taux sanguin de corps cétoniques, immense par rapport à la cétose, du fait d’une sécrétion d’insuline extrêmement faible, voire inexistante. 

Même en cétose, l’organisme a toujours besoin de glucides.

Votre organisme fonctionne et utilise de l’énergie à partir de plusieurs sources, notamment : les glucides, et les corps cétoniques. Les glucides sont toujours nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Il est nécessaire de stabiliser et maintenir la glycémie.

Lorsque les apports en glucides diminuent, le mécanisme de néoglucogenèse se met en place pour fournir du glucose en permanence aux cellules strictement glucodépendantes, telles que les hématies ou globules rouge. Une étude menée pendant 11 jours auprès de 6 hommes en bonne santé, précise d’ailleurs que ce mécanisme s’élèverait de 14% chez le groupe ayant une alimentation cétogène ℹ️.

L’organisme s’adapterait et deviendrait une fat burning machine.

Le but de l’alimentation cétogène est de modifier la première source d’énergie utilisée par l’organisme. Ainsi, en période de cétose, ce seraient les lipides et les corps cétoniques qui seraient utilisés majoritairement. Après un passage prolongé en cétose, il serait habituel que le corps continue à utiliser les lipides comme source d’énergie principale. L’organisme serait alors qualifié d’adapté aux acides gras. Parmi les mécanismes proposés par les experts du régime cétogène, cette optimisation de la consommation des lipides se produirait au niveau des cellules, et plus précisément au niveau des mitochondries. En suivant cette hypothèse, un organisme fat adapted, aurait ainsi les avantages offerts par l’utilisation principales des lipides, déjà en réserve ou issus de l’alimentation, sans nécessairement être dans un état de cétose ℹ️. 

Les principes du régime keto

L’utilisation des réserves énergétiques.

Ce mode alimentaire se fonde sur une alimentation respectant des proportions précises de macronutriments. Ce dernier engendrerait moins de stockage dans les tissus de réserves glucidiques et lipidiques. Non seulement l’organisme absorberait moins de glucides, mais il consommerait en priorité ceux présents en réserve.

L’amélioration du contrôle de la glycémie, et de la sensibilité des tissus à l’insuline.

L’insuline est une hormone hypoglycémiante qui permet l’absorption du sucre au niveau des cellules. Elle joue un rôle majeur dans le stockage des sucres, et des graisses. Les personnes souffrant de Diabète de Type 2 et d’autres désordres métaboliques ont une sensibilité des tissus à l’insuline diminuée. En effet, les tissus sont trop souvent en contact avec elle. Une consommation réduite en sucres simples stabilise et améliore le contrôle de la glycémie. Ceci favorise l’amélioration de la sensibilité des tissus à l’insuline.

Les informations populaires relatives à l’hypothèse insulinique sont à pondérer avec les données actuelles de la science, et le niveau de preuves des ressources disponibles. La mise en avant d’une réduction de l’hémoglobine glyquée, d’une amélioration du contrôle de la glycémie, d’une baisse de poids voire d’une utilisation moindre de médicaments chez les personnes atteintes de diabète de type 2 qui suivent le régime cétogène, auraient été démontrés ℹ️. Il est important de signaler que cette étude ne possède pas un niveau de preuve suffisant pour affirmer la véracité de l’hypothèse insulinique.

Les effets indésirables du régime kéto

La « grippe cétogénique ».

L’utilisation des lipides comme source d’énergie principale n’est pas un phénomène facile. Lors de cette transition, des maux de tête, une fatigue inhabituelle ainsi que des vomissements peuvent apparaître. On parle alors de « grippe cétogénique ». Ces différents symptômes ont une durée variable selon les individus.

Attention à la déshydratation et aux perturbations du bilan des éléctrolytes.

Vider ses réserves de sucre équivaut à vider ses réserves d’eau, mais aussi d’électrolytes et de minéraux. L’alimentation kéto engendrerait une déshydratation et une perturbation de l’équilibre hydro-électrolyte ℹ️

Le stockage facilité des sucres consommés en excès : le rebond glucidique.

L’organisme perd son accoutumance aux sucres car la consommation de glucides diminue radicalement. La porte énergétique, maintenue fermée lors du régime kéto, s’ouvrira d’autant plus facilement face à des glucides. Et pour cause, en adoptant ce régime, la sensibilité à l’insuline s’améliorerait nettement. Par ailleurs, le sucre absorbé s’ajoutera au sucre produit par la néoglucogenèse. Or, les réserves glucidique sont limitées, les sucres en surplus sont alors stockés dans les tissus de réserve lipidique.

Une alimentation kéto qui comporte une quantité trop élevée de glucides, protéines, en plus d’une haute teneur en lipides, perdrait ses effets bénéfiques et pourrait engendrer des désordres métaboliques, notamment hépatiques ℹ️. Dans ces conditions, il en découle naturellement un risque accru de pathologies cardiovasculaires.

Les incertitudes et les controverses de la littérature scientifique.

La littérature scientifique manque de données concernant ses effets à long terme, et les études menées sur ce régime ne possèdent pas toutes un haut niveau de preuve scientifique. De nombreux cas isolés constituent les preuves vivantes de l’efficacité de ce régime, et il faut encourager les personnes pour qui ce régime a apporté un bénéfice, à continuer ce qui leur fait du bien.

Une note rassurante pour le régime cétogène

Nous allons rapidement parler des régimes méditerranéen et nordique, particulièrement riches en graisse de bonne valeur nutritionnelle par rapport à celles retrouvée dans l’alimentation occidentale. Nous possedons plus de données concernant les effets de ces régimes sur la santé au long terme. Le régime méditerranéen s’est imposé face à une quarantaine de régimes, comme étant l’alimentation offrant le plus d’effets bénéfiques au niveau cardiovasculaire et métabolique pour l’Homme ℹ️. Nous pouvons nous questionner sur l’alimentation la plus adaptée à l’Homme pour maintenir son bon état de santé. Nous comptons sur les acteurs de la recherche scientifique pour nous offrir d’autant plus de preuves à l’avenir sur les vertus de ce régime.

En conclusion

Le régime cétogène est un mode alimentaire qui utiliserait les acides gras et les corps cétoniques comme sources d’énergies principales. Ses mécanismes non totalement élucidés permettraient de puiser l’énergie dans les réserves lipidique, et ainsi de maintenir un faible taux de masse graisseuse.

Pour les pratiquants du régime cétogène, il serait courant d’y associer d’autres modes alimentaires (paléo, végétarien , végétalien, etc.) et d’y agrémenter la pratique du jeûne intermittent📍.