Le jeûne intermittent, appelé aussi « Intermittent fasting » dans les pays anglo-saxons, est un mode alimentaire durant lequel il est autorisé de manger pendant 8 heures contre 16 heures d’abstinence. Cette démarche prend toute son ampleur lorsqu’elle est accompagnée d’un entrainement bien étudié.

Que se passe-t-il dans l’organisme pendant les 16 heures de jeûne ?

Privé de nourriture pendant un court laps de temps, le corps réagit au manque de carburant en produisant des hormones de stress telles que l’adrénaline, l’hormone de croissance, et plus tard le cortisol. Ces hormones améliorent la mobilisation et l’utilisation des réserves énergétiques nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.

Pour contrer ce manque, le corps puise dans les stocks de graisses accumulées au fil du temps, qu’il transforme en sucre. Si l’absence de ressources énergétiques persiste, il sécrète des corps cétoniques pour fournir aux organes vitaux l’énergie nécessaire.

Le jeûne intermittent active aussi le processus d’autophagie durant lequel le corps se détoxifie et les cellules se régénèrent.

Ainsi, en arrêtant de manger pendant 16 heures, vous obligez votre organisme à puiser dans ses ressources énergétiques, à se débarrasser des toxines et à se préparer à la phase de récupération.

3 conseils pour prendre du muscle et abaisser le taux de masse grasse en associant jeûne et sport

En pratiquant « l’intermittent fasting » ainsi qu’une activité sportive, le corps élimine les graisses stockées dans l’organisme tout en développant son potentiel musculaire. Néanmoins, il faudra prendre quelques précautions pour obtenir des résultats satisfaisants :

1-Faites le jeûne intermittent au maximum 3 fois par semaine

S’il est pratiqué tous les jours, le corps s’y habitue. Le métabolisme de base commencera à diminuer et vous brûlerez moins de calories au repos.

2-Hydratez-vous convenablement

Même si certains athlètes expérimentés préférèrent le jeûne sec, il est beaucoup plus éprouvant et dangereux pour les novices. Si, en plus de la nourriture, l’organisme est privé d’eau, l’exercice physique sera difficile à réaliser. Peu importe s’il s’agit d’un entraînement de résistance ou d’endurance.

3-Optez pour un repas léger au moment de la rupture du jeûne

Même si le corps était en situation de stress, ses besoins caloriques restent petits, grâce à sa capacité d’adaptation. Il est donc nécessaire de préparer les cellules à recevoir un apport énergétique. Un repas trop copieux finira stocké dans vos réserves de graisses !